Accueil du site > Maison > Les différents types de plaques de cuisson

Les différents types de plaques de cuisson

Les plaques de cuisson de technologies différentes envahissent le marché et malgré leur différence, elles sont aussi pratiques les unes que les autres.

 

 

Les ménages peuvent choisir le modèle qui correspond le mieux à leur budget et à leur mode de vie. Faisant partie des investissements familiaux, l’achat de ces plaques est souvent déterminé par leur prix ainsi que leur consommation en énergie. En effet, ce dernier paramètre influe sur les dépenses des ménages.

Avec l’évolution de la technologie, la plupart des ménages n’utilisent plus les anciennes cuisinières à bois dont l’approvisionnement en combustible est assez difficile. Ces cuisinières ont été remplacées par des plaques de cuisson qui s’avèrent beaucoup plus pratiques. Cependant, malgré leurs avantages, ces dernières présentent également quelques inconvénients plus ou moins importants. Il existe en fait quatre principaux types de plaques : les plaques à gaz, les plaques à induction, les plaques électriques et les plaques vitrocéramiques. Les plaques à gaz ont été les premières à conquérir le marché. Avec les progrès technologiques qui ont suivi, les autres plaques ont été créées afin de pouvoir mieux répondre aux besoins de chaque ménage.

Les avantages de chaque type de plaque de cuisson

Les plaques à gaz sont les plus abordables au niveau du prix et de l’approvisionnement en combustible. Grâce à la possibilité de contrôle visuel de la flamme, il est aisé de maîtriser l’intensité des feux. Par ailleurs, le gaz est le système de cuisson le plus apprécié des personnes qui sont dans le métier de la restauration. Les plaques à gaz actuelles sont dotées de mécanisme d’allumage intégré et de système de sécurité performant. Ce dernier consiste à stopper automatiquement l’alimentation en gaz lorsque le feu est éteint.

Pour les plaques électriques, leur prix est également assez bas allant de140 à 250 euros. La plupart du temps, ces plaques sont fabriquées en fonte, ce qui leur vaut une résistance éprouvée. Leur mode d’emploi est très simple, car elles ne nécessitent ni programmation ni allumage. Le simple branchement de la plaque à une source d’alimentation électrique permet de la faire fonctionner. Elles constituent les équipements idéaux pour les studios.

Les plaques vitrocéramiques utilisent des technologies de foyers radiants constitués de résistances et de foyers halogènes composés de lampes à incandescence à filaments de tungstènes. Les résistances peuvent chauffer par rayonnement et par conduction. Les foyers halogènes présentent un mécanisme particulier qui éteint automatiquement les lampes une fois un seuil d’intensité atteint et les rallume lorsque la température diminue. Les plaques vitrocéramiques disposent d’un système de sécurité d’arrêt automatique de l’alimentation électrique lorsqu’il y a surchauffe ou débordement. L’entretien est très facile vu qu’une simple éponge mouillée suffit pour nettoyer la plaque.

Les plaques à induction constituent les plaques d’avenir, elles sont constituées par des bobines de cuivre qui produisent des champs magnétiques. Les ondes sont directement dirigées vers les marmites. Les risques de brûlures sont presque nuls, car les plaques ne chauffent pas. Les plaques à induction permettent de contrôler les cuissons grâce à des réponses instantanées au réglage d’intensité de la chaleur. De plus, elles permettent d’avoir de très basses températures. L’entretien est également très facile. Les plaques à induction consomment 30 % moins d’énergie que les plaques vitrocéramiques.

Les inconvénients des plaques de cuisson

Les inconvénients des plaques à gaz résident principalement dans les divers entretiens et le maintien de la flamme. En effet, il faut un certain débit de gaz pour que le feu ne s’éteigne pas, ce qui ne permet pas d’obtenir un feu très doux qui est parfois spécifique de certains plats.

Parmi les types de plaques disponibles, la plus mauvaise performance de cuisson est obtenue avec la plaque électrique. Les temps de refroidissement et de réchauffement des plaques sont en effet beaucoup trop longs. De plus, les systèmes de sécurité qui alertent lorsque la plaque est surchauffée ou lorsque les aliments débordent des marmites sont totalement absents. Le nettoyage des taches de brûlés sur plaques est par ailleurs assez difficile. En outre, les plaques électriques constituent des solutions parmi les moins économiques vu que leur consommation d’électricité est très élevée.

Les plaques vitrocéramiques présentent les mêmes inconvénients que les plaques électriques au niveau du refroidissement des plaques et de la consommation. De plus, leur prix est également assez élevé puisqu’il varie la plupart du temps entre 300 euros et 600 euros.