Accueil du site > Bricolage > Les techniques pour poser son carrelage

Les techniques pour poser son carrelage

Poser soi-même son carrelage n’a rien de compliqué, à condition d’avoir à portée de main les outils nécessaires, et de faire preuve d’habileté dans l’application de quelques techniques de base. Le plus important dans la pose de carreaux au sol ou sur un mur, c’est de bien choisir la méthode de pose à adopter, et le type de carrelage à utiliser en fonction du support. Pour être satisfait du travail, il faut aussi parachever l’ouvrage avec une bonne finition.

 

 

Qu’on effectue une pose murale ou au sol, le plus important est de bien préparer le support. Ainsi, le mur doit être égalisé avec de l’enduit ou du plâtre, et si le sol présente des défauts apparents, on pourra effectuer des ragréages avant d’entreprendre la pose des carreaux. Quant aux matériels indispensables pour effectuer la pose du carrelage, il faut prévoir de la colle ou du ciment-colle approprié au carrelage, des gants en caoutchouc pour éviter l’irritation due au ciment, un niveau à bulles pour le contrôle d’horizontalité, des croisillons afin de garantir un alignement parfait des carreaux, une corde à tracer, une truelle pour étaler la colle, un maillet en caoutchouc, une spatule à dents, une carrelette de découpe, ainsi que des joints, une raclette, une éponge, et un chiffon pour les travaux de finition. En outre, selon le type de pose à effectuer, un patron en papier pourrait être utile afin de dessiner sans erreur les motifs souhaités. C’est surtout le cas lorsqu’on pose un carrelage en faïence, ou des carreaux de différentes couleurs.

Les étapes à suivre lors de la pose du carrelage au sol

L’ouvrage doit absolument commencer par l’élaboration d’un plan de travail. Ainsi, on peut diviser le sol à carreler en différentes zones de un mètre carré chacune, ou encore placer deux cordes à tracer perpendiculaires au centre de la pièce afin d’avoir quatre zones de travail. Il est aussi conseillé de faire un essai en alignant quelques carreaux sur le support afin de pouvoir estimer le nombre et la longueur des découpes à effectuer. Le mieux est de prévoir les places des découpes dans les parties moins visibles afin de soigner l’esthétique de l’ouvrage, surtout si on opte pour un carrelage en diagonal. Ensuite, pour chaque partie à carreler, on étale une première couche fine de ciment-colle. Après, on procède au placement du premier carreau en étalant du ciment-colle sur le support et si le carreau est d’une certaine épaisseur, on recouvrira aussi sa surface à coller. Avant de placer le carreau suivant, il faut bien vérifier que les croisillons sont en place afin d’uniformiser les écarts. Aussi, après avoir aligné six à huit carreaux sur une même ligne, il faut vérifier la planéité de la rangée avec le niveau à bulles.

La pose d’un carrelage mural

Placer un carrelage mural ou un carrelage décoratif en faïence est plus facile à réaliser qu’une pose au sol. Toutefois, la pose nécessite un support parfaitement aplani parce qu’elle demande une couche de colle moins épaisse qui ne permet pas de rattraper facilement les éventuelles irrégularités de la surface du mur. De même, une couche de peinture lisse est incompatible au carrelage mural. Il faut donc gratter le mur, puis l’araser à l’aide d’un enduit ou d’une couche de plâtre pour que la surface soit prête à recevoir les carreaux. Une fois la préparation du support terminée, on installe une baguette de bois qui va servir comme point de repère à quelques centimètres du sol. Celle-ci sera collée puis clouée sur les deux bouts afin de pouvoir soutenir la première rangée de carreaux. Lorsque la baguette est suffisament solide, on peut entamer la pose du carrelage en recouvrant le mur de colle ainsi que les carreaux d’une couche avant de les poser. A chaque pose, il faut veiller à ce que les croisillons séparent bien les carreaux afin de faciliter la pose des joints ultérieurement et on procède ainsi de rangée en rangée jusqu’en haut du mur.

La pose des joints et la finition de l’ouvrage

Après environ un ou deux jours de séchage, l’étape suivante de la pose de carrelage consiste à enlever les croisillons et joindre les carreaux. Les joints s’effectuent à l’aide d’un mortier spécifique ou à l’aide d’un mortier joint prêt à l’emploi. Par ailleurs, on trouve facilement sur le marché des joints appropriés aux couleurs du carrelage. Mais, on peut aussi fabriquer soi-même le mortier joint en composant un mélange de ciment, d’eau et de sable fin à proportions égales. On étale le mortier sur chaque ligne de séparation des carreaux en le raclant à l’aide d’une raclette en caoutchouc. A chaque passage sur un carreau, il faut veiller à ce qu’aucune trace de ciment ne traîne en l’essuyant à l’aide d’une éponge imbibée d’eau. Il faut attendre environ deux jours avant de laver les carreaux à grande eau. Si des traces de ciment persistent, on peut les enlever à l’aide d’une solution d’acide chlorhydrique. Toutefois, cette opération doit se faire avec précaution en vérifiant la composition de la couleur du carrelage et celle du mortier joint pour ne pas décolorer l’ouvrage.